Un journal koweïtien lance une "bombe médiatique"

Liban : une affaire peut en cacher une autre. Un juge d’instruction se fait chanter par la Syrie et ses alliés

lundi 2 juillet 2007 - 22h17

Logo MédiArabe.Info

Des avocats des familles des victimes tués avec l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri ont demandé, la semaine dernière, que le juge chargé de l’instruction, Elias Eid, soit dessaisi de l’affaire. Une vive émotion s’est emparée des Libanais, qui ne comprenaient pas le sens d’une telle procédure, qui risque de discréditer toute l’instruction. Aujourd’hui, un journal koweïtien lève le voile sur cette affaire.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Adnan Addoum, d’origine syrienne, ancien ministre libanais de la Justice sous l’occupation. Il a installé un véritable système judiciaire au service de la tutelle.


Jamil Al-Sayyed, nommé par Emile Lahoud à la tête de la Direction de la Sûreté générale qu’il l’avait transformée en véritable « police politique » pour fabriquer les dossiers compromettants afin de « tenir » et « faire chanter » ses adversaires politiques.

Lire les révélations dans la revue de presse, ou en cliquant ici