Vigilance accrue en Arabie saoudite

Al-Qaïda inquiète Riyad

Menaces sur les installations pétrolières

lundi 12 février 2007 - 16h37, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Dans le cadre de sa guerre "planétaire", Al-Qaïda avait désigné, depuis longtemps, ses cibles économiques dont la destruction pourrait provoquer une défaite occidentale. Le secteur pétrolier se retrouve parmi les cibles prioritaires. Zawahiri avait appelé les musulmans à les frapper pour priver l’Occident impie de cette richesse.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Des sources américaines citées par « Elaph.com » affirment que les autorités saoudiennes prennent très au sérieux des menaces proférées par Al-Qaïda contre des intérêts stratégiques dans le royaume. A la suite de communiqués circulant sur les sites internet liés aux islamistes radicaux, les services de renseignement craignent effectivement des tentatives d’attentats dans les monarchies du Golfe et notamment en Arabie.

Riyad redoute cette perspective et renforce ses mesures de sécurité notamment autour des raffineries et autres installations pétrolières. Des ordres ont été donnés aux forces de l’ordre, placées en état d’alerte, pour accentuer leur présence et renforcer la surveillance des centres névralgiques.

L’Arabie craint, par dessus tout, une opération terroriste de grande envergure qui viserait à effacer les derniers échecs munis par Al-Qaïda, notamment lors de sa tentative d’attaque suicide contre la principale raffinerie de Bouqaïq, en février 2006.

Al-Qaïda vise le secteur pétrolier saoudien dans le cadre de sa guerre planétaire contre l’Occident. Pour les stratèges de l’organisation terroriste, il faut empêcher l’Occident de piller les richesses des musulmans, et le priver des revenus du pétrole. L’argent étant le nerf de la guerre, Al-Qaïda entend provoquer une crise économique mondiale pour affaiblir l’Occident. Aussi, Al-Qaïda ne constitue pas la seule source de menace. Car, l’Iran et la Syrie pourraient s’allier aux terroristes islamistes, (Téhéran héberge plusieurs chefs de l’organisation de Ben Laden) ou les exploiter, ou encore utiliser le « label Al-Qaïda » pour frapper dans les pays sunnites du Golfe, alliés de l’Occident, ou direcement en Occident.

« L’Axe du mal » chercherait alors à déstabiliser les « arrières des Américains » (leurs bases sont essentiellement concentrées dans le Golfe) et à les empêcher de s’attaquer militairement au nucléaire iranien. Téhéran a affirmé hier qu’il transformerait les pays du Golfe en « marrée de sang » si les Américains s’aventuraient militairement contre l’Iran. La Syrie est aussi très remontée contre l’Arabie saoudite (et contre la France) notamment, reprochant à Riyad d’avoir désapprouvé le Hezbollah au Liban, d’avoir soutenu le gouvernement de Beyrouth contre Damas et d’avoir cautionné le Tribunal international et plus récemment, pour avoir forcé les Palestiniens à s’entendre. Les mêmes griefs sont aussi retenus contre la France. D’où l’inquiétude de Paris de devoir affronter des violences terroristes à l’approche des élections présidentielles (sans oublier le risque de voir les unités françaises de la FINUL au Liban prises pour cible).

Lire l'article original : Elaph.com