Les images des exactions étatiques sont insoutenables

Syrie : plus de 70 morts dans un nouveau massacre commis dans la province d’Alep.

Des femmes et des enfants accusées de collaboration avec l’Armée Syrienne Libre

mercredi 27 février 2013 - 23h37, par Mediarabe.info - Roma

Logo MédiArabe.Info

Alors que les comités de coordination de la révolte syrienne font état, ce soir, de 178 morts, à travers le pays, un nouveau massacre a été commis ce mercredi à Al-Malkia, une banlieue d’Al-Safirah, à l’est d’Alep. L’armée du régime y a tué 70 personnes, dont plusieurs enfants (âgés de 8 mois à 12 ans), après avoir violé les femmes.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Dans son communiqué, l’Armée Syrienne Libre dresse la liste de 44 victimes identifiées, avec nom et âge, et affirme que 26 autres personnes sont méconnaissables, les cadavres ayant été carbonisés.

Selon un rescapé, les militaires et les miliciens du régime ont profité de la complicité du député Akl Hamadine, qui les a conduits vers un chemin agricole, permettant aux forces du régime de s’infiltrer vers le centre du village, d’attaquer les habitants, de piller et d’incendier les maisons. Pour justifier leur attaque, les forces de Bachar Al-Assad ont accusé les villageois de collaborer avec les rebelles et la rébellion.

Les 70 morts de ce massacre collectif s’ajoute à 108 autres syriens tués ce mercredi, à travers le pays. Selon le bilan établi par les comités de coordination de la révolte, les victimes ont été essentiellement enregistrées à Damas et dans la province de Rif Damas, où l’armée du régime poursuit les bombardements et multiplient les assauts contre Daraya, depuis près de 100 jours, en vain. Les rebelles affirment en effet avoir semé la terreur dans les rangs du régime, après avoir abattu les trois généraux qui se sont succédés à la direction des opérations, depuis octobre 2012.

Notons que les activistes syriens ont diffusé plusieurs vidéos, retrouvées dans les téléphones portables de militaires tués. L’une montre le dynamitage par l’armée régulière d’une mosquée, avec 150 kilogrammes d’explosifs. On y entend les rires des militaires qui se félicitent que l’explosion n’a laissé aucune trace de l’édifice. Une autre vidéo, particulièrement cruelle, montre les militaires s’acharner sur deux cadavres, arrachent les yeux et coupent les parties génitales, avec un flot d’insultes. Nous refusons de mettre en ligne cette vidéo, car les images sont d’une rare violence insoutenable et les actes barbares ne sont même pas dignes du moyen-âge.

Mediarabe.info