Depuis l’Iran, Al-Qaïda menace Israël à partir du Liban : une façon de réhabiliter le Hezbollah ?

mardi 6 avril 2010 - 11h35, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Al-Qaïda a diffusé, ces derniers jours, un violent enregistrement de l’un de ses chefs saoudien, Saleh Abdallah Al-Qaraoui, poursuivi par l’Arabie saoudite sur la liste des 85 terroristes les plus recherchés, et réfugié en Iran. Al-Qaraoui accuse le Hezbollah de protéger la frontière israélienne, et l’armée libanaise de s’en prendre aux Sunnites. Une façon de réhabiliter le Hezbollah et de le mettre à l’abri des accusations en cas de nouvelles violences à la frontière ou contre la FINUL.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Selon le quotidien « Asharq Al Awsat » du 05 avril 2010, Saleh Al-Qaraoui a séjourné en Jordanie, il y a six ans, puis a été arrêté en Syrie pendant trois mois avant d’être remis à l’Arabie saoudite. Depuis le royaume, il a réussi à s’enfuir grâce à de faux papiers en direction de l’Irak, après avoir mis en place plusieurs cellules terroristes en Arabie. Il a quitté la Mésopotamie pour se réfugier en Iran.

C’est depuis la République islamique que Saleh Al-Qaraoui a mené sa violente attaque contre le Hezbollah et l’armée libanaise, affirmant que « les djihadistes d’Al-Qaïda disposent de plusieurs cellules au Liban pour menacer Israël, la FINUL et les intérêts américains », accusant le mouvement chiite et la FINUL de « protéger l’Etat hébreu et d’empêcher les moudjahidin d’en découdre avec les juifs ». Il a en outre revendiqué les tirs de roquettes sur le nord d’Israël, en 2009, tirs attribués aux brigades « Ziad Al-Jarrah », du nom de l’un des pirates de l’air du 11 septembre 2001.

Selon plusieurs observateurs, cette sortie, depuis l’Iran, est douteuse. D’abord, car le Hezbollah verrouille et quadrille tout le sud du Liban, malgré la présence de la FINU. De ce fait, aucune intrusion de terroristes ne peut lui échapper. « Les tirs de katiouchas n’auraient pas pu avoir lieu sans l’aval du parti de Hassan Nasrallah », constate le spécialiste des mouvements islamistes Ahmed Al-Ayoubi. Interrogé par la télévision « Al Arabiya », dans l’émission Panorama du lundi soir, Al-Ayoubi affirme également que « la sortie Al-Qaraoui vise officiellement à mobiliser les défenseurs de la Palestine, de tous bords. Mais en réalité, elle prépare le terrain à de nouvelles violences à la frontière et contre la FINUL, de façon à ne pas embarrasser le Hezbollah ; ce dernier étant en effet tenu par ses engagements à respecter la résolution 1701 qui avait mis un terme à la guerre de l’été 2006 ».

Ainsi, après les menaces proférées récemment par des proches du Hezbollah (comme notamment Wëam Wahhab) à l’encontre de la FINUL, si la responsabilité du parti chiite dans l’assassinat de Rafic Hariri était désignée par le Tribunal international, le Hezbollah pourrait désormais commettre des attaques contre Israël et/ou contre la FINUL tout en les attribuant à Al-Qaïda et sans violer la 1701. Mais la manœuvre, cousu de fil blanc, est loin de convaincre les Libanais. Le fait que Saleh Al-Qaraoui réside en Iran n’a pas échappé aux observateurs qui y trouvent une preuve supplémentaire que l’Iran utilise et exploite Al-Qaïda en fonction de ses besoins, que ce soit au Yémen, en Arabie et dans l’ensemble des monarchies du Golfe, ou encore en Irak, en Afghanistan et au Liban... Le Hezbollah et Al-Qaïda sont désormais des accociés. Cliquez ici pour lire « la complémentarité entre le Hezbollah et Al-Qaïda » (du 25 mars 2008)

MediArabe.info

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »