Arabie saoudite : le royaume où la mixité reste strictement interdite. Le club culturel d’Al-Jawf incendié.

mardi 13 janvier 2009 - 22h55, par Randa Al Fayçal - Dubaï

Logo MédiArabe.Info

Selon "Elaph.com", le "club des poètes" d’Al-Jaouf a annoncé l’organisation, ce soir, d’une soirée poétique à laquelle devait participer une femme, aux côtés de deux hommes. Les trois étant des poètes connus dans le royaume. Mais les bâtiments du club ont été détruits par un important incendie criminel, attribué aux radicaux qui refusent toute mixité. L’enquête se poursuit.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Elaph.com précise en effet que peu de temps après l’annonce d’une soirée poétique regroupant trois grands poètes dont une femme, un violent incendie a ravagé les locaux du Club culturel d’Al-Jawf, la plus importante ville de la province nord, frontalière avec la Jordanie. Le feu a détruit plusieurs salles du Club et a obligé les organisateurs de la soirée culturelle à l’annuler. L’enquête a déjà conclu que le feu est criminel, une porte ayant été forcée.

Il ne fait pas de doute que l’intention d’organiser une soirée culturelle mixte n’était pas du goût des radicaux. Plusieurs appels téléphoniques ont en outre été enregistrés au niveau du standard du Club pour obtenir confirmation de la présence d’une femme à la soirée. Les radicaux refusent toute mixité et exercent les plus grandes pressions pour empêcher le pouvoir de libéraliser les mœurs. Le chef de la police religieuse, Al Moutawaa, avait strictement rejeté, récemment, l’ouverture de salles de cinéma dans le royaume, estimant que « le cinéma était l’une des plus graves dérives sociales et l’œuvre de Satan ». Ces propos intervenaient après la projection d’un film dans un hôtel de Taëf (ouest) devant un public mixte, une première depuis plus de quarante années d’interdiction du cinéma dans ce pays.

La lutte entre les libéraux et les radicaux se poursuit et prend la population en otage. Au 21ème siècle, celle-ci doit encore, et sans doute pour longtemps, se priver de théâtre, de cinéma, de salles de sport, de clubs culturels... au nom du respect de la non-mixité, une mesure imposée par les radicaux au nom de la religion, et qui semble de plus en plus inspirer des contrées lontaines. Les horaires aménagés pour permettre aux femmes de fréquenter la piscine municipale de Lille, en France, en sont un exemple vivant !

Traduction et synthèse de Randa Al Fayçal

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Lire l'article original : Elaph.com