Liban : le Hezbollah accentue sa guerre médiatique contre Walid Joumblatt. Les proches de ce dernier accusent le parti chiite de protéger les assassins politiques

mercredi 24 octobre 2007 - 21h34

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

La polémique bât son plein au Liban entre le leader druze Walid Joumblatt et son groupe parlementaire d’une part, et le Hezbollah d’autre part, souligne le quotidien « Asharq Al Awsat ». Cette guerre des communiqués a été lancée par un communiqué virulent publié le 23 octobre par le Hezbollah, en riposte à Joumblatt qui, de retour des Etats-Unis, a accusé le parti de Dieu d’implication dans les assassinats qui ont visé des figures de l’alliance majoritaire du « 14 mars ». Le Hezbollah a estimé que « Joumblatt vivait ne crise d’hallucination due à la perspective d’un consensus inter-libanais. Car, tout accord entre les Libanais conduit au suicide politique de Joumblatt ».

Les députés du bloc de Joumblatt ont répondu en estimant qu’il était devenu « difficile de descendre au niveau, désormais très bas, du discours politique du parti ». « Au lieu que le Hezbollah apporte des éclaircissements aux interrogations des Libanais sur la crise politique, il a versé dans le blocage des institutions et la paralysie du pays, et ce en démissionnant du gouvernement puis en organisant le sit-in à Beyrouth ».

Et les proches de Joumblatt de s’interroger : « Pourquoi cet acharnement du parti pour empêcher la constitution du Tribunal international ? Pourquoi la persistance à s’allier avec le régime syrien assassin ? Le Hezbollah mise sur son investissement dans les tueries pour renverser la majorité, et en dépit de l’énormité de ses mensonges, ils ne cacheront pas la vérité sur la nature du parti, qui s’emploie à cacher et à protéger les assassins des leaders de la majorité… ».

Le député Akram Chehayeb, proche de Joumblatt, ne se dit pas étonné du discours dégradé du Hezbollah. « Et comment s’étonner alors que le Hezbollah avait organisé une manifestation géante, le 8 mars 2005, pour remercier Bachar Al-Assad et son armée ? Comment s’étonner alors que le parti venait de faire part de sa bonne foi à l’égard d’Israël, en lui restituant le cadavre de trois ressortissants israéliens, tout en refusant un geste de bonne foi pour son propre pays, le Liban ? Comment s’étonner alors que le Hezbollah a troqué son combat de l’arabité pour sa défense de la nation perse ? Quoi que dit le Hezbollah, il ne nous fera pas peur. C’est la différence entre les hommes libres et les hommes soumis et inféodés », conclut Chehayeb.

Lire l'article original : Asharq Al Awsat (Londres)