Par Abdelbari Atwane

Al-Qaïda perd le défi politique en Irak, comme le Hamas le perd à Gaza

mercredi 24 octobre 2007 - 20h58, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Dans son éditorial, le rédacteur en chef du quotidien « Al Quds Al Arabi », Abdelbari Atwane, revient sur le message de Ben Laden adressé aux islamistes en Irak et diffusé le 23 octobre par la télévision « Al Jazeera ». Dans son éditorial, Atwane compare Al-Qaïda en Irak au Hamas à Gaza : « en investissant le champ politique, les deux mouvement ont dilapidé leur crédit gagné sur le champ de bataille et du jihad ».

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Abdelbari Atwane, rédacteur en chef du quotidien « Al Quds Al Arabi », revient dans son éditorial sur l’enregistrement d’Oussama Ben Laden diffusé le mardi 23 octobre et dans lequel le chef d’Al-Qaïda appelle les factions islamistes irakiennes à « tourner la page de leurs divisions et à renforcer leur coopération et coordination ». Pour Atwane, il s’agit de « la lettre la plus importante jamais adressée par Ben Laden à ses disciples depuis le 11 septembre 2001. Car c’est la première fois que Ben Laden reconnaisse les erreurs commises par son organisation en Irak, dont notamment les exactions sanguinaires et le terrorisme aveugle qui a visé le peuple entier. Ben Laden appelle les islamistes à se pardonner les erreurs des uns et des autres, mais l’erreur est humaine », estime-t-il. Atwane regrette que « les erreurs d’Al-Qaïda aient servi les Américains qui les ont exploitées pour retourner la population tribale contre les islamistes au lieu de combattre l’occupation ».

L’éditorialiste ajoute paradoxalement que « les erreurs commises par les Américains, depuis l’occupation, avaient servi Al-Qaïda pour se refaire une santé après avoir été durement frappée en Afghanistan… »

Dans son éditorial, Atwane explique que « l’amplification par les Américains de la déroute d’Al-Qaïda en Irak, a accéléré le divorce entre les islamistes et la population notamment sunnite. Les Américains ont aussi touché le point faible des tribus, assoiffées d’argent, pour arroser les chefs tribaux et acheter leur allégeance. Ils les ont ainsi retournés contre Al-Qaïda. Les Américains ont également joué sur la peur que suscite la puissance iranienne pour mobiliser les Sunnites irakiens... L’Arabie saoudite, à travers les fatwas de ses oulémas prohibant le jihad en Irak, a également contribué à la déroute d’Al-Qaïda ».

Atwane ajoute que « les mouvements djihadistes ont tous commis des erreurs catastrophiques qui pourront leur être fatales, comme notamment l’amalgame fait entre le jihad et le pouvoir. Al-Qaïda est tombée dans ce piège en prononçant l’instauration d’un Etat islamique dans la province d’Al-Anbar, ce qui a suscité la crainte des tribus et les a mobilisées contre elle, exactement de la même façon que le Hamas palestinien qui est passé du rôle de résistance à celui de gouvernance à Gaza, avant de finir noyer dans les marécages de la politique. Le Hamas a troqué la résistance qui lui avait été très bénéfique, pour le pouvoir avec toutes ses difficultés. Il doit désormais assurer l’eau, l’électricité et autres besoins quotidiens, au détriment de la résistance. Et son échec dans ce nouveau statut lui est fatal ».

Et Atwane de rappeler que « le N° 2 d’Al-Qaïda, Ayman Zawahiri, avait prévenu depuis trois ans, dans sa célèbre lettre à Abou Messab Al-Zarqaoui en Irak, qu’il faut cesser les tueries contre les chiites et arrêter les décapitations des otages étrangers. Mais ce message est resté vain, et a conduit à la situation actuelle. En afghanistan, Al-Qaïda avait réussi car elle était restée en retrait de la politique quotidienne laissée aux Taliban ».

Atwane conclut que « le message de Ben Laden diffusé le 23 octobre, bien qu’il intervienne tardivement, vise à sauver Al-Qaïda en Irak de l’effondrement, alors que ce même mouvement avait constitué pour les Etats-Unis la plus grande menace. Il les a attirés dans une guerre coûteuse. L’intervention américaine en Irak a déjà coûté à Washington plus de 600 milliards de dollars et plus de 4.000 morts et l’a obligé à modifier fondamentalement son mode de vie ».

Traduction de Chawki Freïha

Lire l'article original : Al Quds Al Arabi - Londres