Les Américains détiendraient des documents d’extrême importance

Une liste de terroristes et de recruteurs saisie par l’armée américaine en Irak

mercredi 3 octobre 2007 - 23h04, par Khaled Asmar - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Le commandement américain a annoncé, ce mercredi, avoir saisi des documents d’une grande importance, lors d’une opération menée le 11 septembre dans le nord de l’Irak. Parmi ces documents figure une liste de 500 noms de combattants recrutés en Europe et dans plusieurs pays de la région pour rejoindre Al-Qaïda en Mésopotamie.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

L’annonce faite par le général Kevin Bergner, du commandement américain, aura sans doute des répercussions importantes sur l’ensemble de la région et notamment sur la Syrie et l’Iran dont l’implication dans le soutien logistique au profit d’Al-Qaïda n’est plus à prouver. Bergner a en effet confirmé que l’armée américaine a mis la main sur un véritable trésor lors de l’opération menée le 11 septembre près de Sinjar (nord). Elle a visé l’un des responsables d’Al-Qaïda connu sous le nom d’Al-Mouthanna, abattu avec sept de ses hommes.

Selon les Américains, « ce chef terroriste était le responsable de la région frontalière avec la Syrie et de ce fait, il contrôlait et coordonnait l’entrée des terroristes étrangers depuis la Syrie ». Le raid du 11 septembre a permis la saisie de plusieurs documents informatisés, dont une liste de près de 500 noms de terroristes recrutés en Syrie, en Jordanie, en Egypte, en Oman, au Yémen, en Arabie saoudite, au Maroc, en Algérie, en Libye et en Tunisie, ainsi que dans certains pays européens comme la France, la Belgique et la Grande-Bretagne. Certains documents comprenaient, selon le général américain, les données personnelles (CV) des terroristes, avec leurs photos, les noms des recruteurs et leur engagement à mener des opérations kamikazes. D’autres informations informatisées saisies révélaient également des plans terroristes projetés en Irak et dans d’autres pays.

La saisie de ces informations a déjà fait une victime : « l’imam de service » du régime syrien, Mohmoud Ghoul Aghassi, dit Abou Qaaqaa, abattu vendredi 28 septembre devant sa mosquée d’Alep, au nord de la Syrie. Cet imam radical de 34 ans était depuis le début de la guerre en Irak l’un des recruteurs le plus actif de jeunes combattants pour l’Irak. Mais il n’aurait pu exercer son activité sans la couverture et le soutien du régime syrien. Après la saisie des documents compromettants pour Damas, en Irak, après les révélations des combattants du Fatah Al-Islam au Liban, Abou Qaaqaa est devenu très encombrant pour le régime de Bachar al-Assad. Aghassi était actif sur les deux « fronts » irakien et libanais. Sa liquidation devenait indispensable pour Damas afin d’effacer les traces de son implication dans le terrorisme d’Etat.